exigences énergétiques et précautions nécessaires

Diète pendant la grossesse : exigences énergétiques et précautions nécessaires

Une bonne alimentation joue un rôle crucial depuis la planification d’une grossesse, affectant la fertilité et les premiers stades de la gestation, devenant essentiel pour assurer le fœtus et la mère tous les nutriments dont ils ont besoin pour être en bonne santé.

Trouver le bon régime pendant la grossesse — en faisant des choix alimentaires guidés — est particulièrement nécessaire pour contrôler le gain de poids.

Cela est dû au fait que la corrélation entre l’altération de l’état nutritionnel de la femme enceinte et l’apparition de l’hypertension artérielle et le diabète, les facteurs de risque de complications graves de la mère et du fœtus, la macrosomie du fœtus ou, au contraire, le risque de donner naissance à de jeunes enfants âge gestationnel ou même des malformations congénitales de l’enfant à naître.

De plus, de nombreuses données scientifiques attestent de la corrélation entre une augmentation excessive du poids maternel pendant la grossesse et un risque accru de surpoids et d’obésité à l’adolescence et à l’âge adulte.

Surtout lorsque vous êtes dans un état intéressant, il est souhaitable de suivre un régime alimentaire enceinte avec un régime nécessairement équilibré , pour fournir tous les nutriments nécessaires pour le développement et la croissance ultérieure du fœtus et pour répondre aux demandes d’énergie accrues de maman.

Les

glucides, les protéines, les graisses, les vitamines, les sels minéraux, les fibres et l’eau sont la base quotidienne de la meilleure alimentation pendant la grossesse.

BESOINS NUTRITIONNELS POUR LA FORMULATION IDÉALE D’UN RÉGIME ENCEINTE

Selon LARN (niveaux d’apport de référence des nutriments et de l’énergie), pendant la grossesse, il est nécessaire d’augmenter l’ apport énergétique quotidien en fonction de la période de grossesse  : au premier trimestre, l’augmentation est négligeable ; au deuxième trimestre, il est d’environ 260 kcal par jour ; au troisième trimestre, il est de 500 kcal par jour.

En général,l’augmentation des besoins énergétiques quotidiens dépend de l’état de la mère (si le poids normal, le surpoids ou l’obésité) et sera plus contenue chez les femmes que pendant la gestation ont un mode de vie sédentaire.

L’ apport en protéines varie également au cours de chaque trimestre : +1 gramme/kg de poids corporel par jour au cours du premier trimestre ; + 8 grammes/ kg par jour au deuxième trimestre ; +26 g/kg par jour au troisième trimestre.

Il est important que le régime soit composé de 50% de protéines d’origine animale, également connue sous le nom de haute valeur biologique, car ils contiennent tous les acides aminés essentiels et sont utilisés pour constituer le régime alimentaire. et 50 % de protéines d’origine végétale, également connues sous le nom de faible valeur biologique, principalement contenues dans les légumineuses et les céréales.

Il convient de limiter la consommation de viandes conservées et transformées en raison de leur teneur en sel et de consommer plus fréquemment du poisson, en particulier des acides gras oméga-3 de poissons bleus riches en acides.

Le lait et les dérivés ne doivent jamais manquer parce qu’ils sont des sources de calcium, un minéral très important pour préserver la santé des os de la mère et assurer le bon développement squelettique de l’enfant à naître. Les fromages sont une excellente source de protéines mais aussi de matières grasses. Par conséquent, il est recommandé de préférer la ricotta, crescenza, stracchino et de les consommer en moyenne deux/trois fois par semaine.

Les

légumineuses (haricots, pois chiches, pois, lentilles) sont la source la plus riche de protéines végétales et contiennent beaucoup de fibres. L’idéal est de les consommer avec des glucides complexes (riz et pâtes), de composer des plats uniques et complets d’un point de vue nutritionnel.

Le besoin de graisse pendant la grossesse n’est pas différent de celui d’une femme adulte non enceinte. Cependant, l’apport d’acides gras essentiels doit être favorisé (parce qu’ils ne sont pas produits par le corps, ils doivent nécessairement être introduits avec l’alimentation), qui jouent un rôle important dans le développement foeto-placentaire. Il est approprié de donner la préférence à la part des graisses insaturées par rapport aux graisses saturées.

Lesgraisses saturées sont généralement d’origine animale (beurre, crème, saindoux, viande, saucisses, fruits de mer), tandis que lesinsaturés sont présents dans les aliments d’origine Huile végétale (huile d’olive/grain/tournesol/diverses graines et dans les noix comme les noix, les amandes, les arachides) et sont contenues dans de bonnes quantités dans les poissons.

Parmi les graisses insaturées, dites « essentielles », fondamentales sont la série oméga-3 polyinsaturés, contenues dans les poissons gras tels que les anchois, le maquereau, le hareng et le saumon, qui ont un rôle très important dans le développement des structures fœtales qui formeront le système nerveux.

En particulier, les acides gras essentiels (AGE) ainsi que faire partie des membranes cellulaires, affectent la croissance des neurones, dendrites et transmission neuronale, Par conséquent Il est facilement compris que l’apport optimal d’ALA (acide alpha-linolénique) et DHA est nécessaire pour le bon développement du cerveau et de ses fonctions.

L’ apport en glucides est d’environ 60% des calories totales (un pourcentage calorique sensiblement similaire à celui de l’adulte normal). Il est important de privilégier les glucides complexes (pain, pâtes, riz) plutôt que les sucres simples qui sont métabolisés rapidement et produisent une augmentation dans la nature dans la cuisson du sucre, du miel et des fruits ; ils sont également très abondants dans les collations, les boissons industrielles et les bonbons.

Parmi les complexes préfèrent la consommation de glucides entiers, pour augmenter l’apport quotidien de fibres et pour un meilleur contrôle de la glycémie. Les fibres alimentaires sont conviviales avec la fonction intestinale et facilite la réalisation d’un plus grand sentiment de satiété. Il se distingue en :

  • insoluble : contenu dans les grains entiers, les légumes et les légumes, stimule la fonction intestinale qui, avec l’avancement de la grossesse réduit souvent par effet violation de la compression de l’intestin par l’utérus, provoquant la constipation ;
  • soluble : contenu dans les légumineuses et les fruits, régule l’absorption des sucres et des graisses.

Les

aliments riches en fibres sont également une source précieuse de vitamines et de minéraux, tels que les fruits et légumes : en particulier les vitamines B sont nécessaires pendant la grossesse pour une bonne formation et le développement des structures nerveuses fœtales et pour protéger contre les malformations.

En termes d’oligo-éléments, le besoin de fer pendant la grossesse est augmenté par rapport à celui recommandé dans d’autres âges. Le niveau recommandé de fer est de 27 mg/jour ; le fer est contenu dans la viande rouge, le foie, le poisson et le jaune d’oeuf. Son absorption est favorisée par l’apport simultané de vitamine C (kiwi, agrumes, fraises, poivrons, tomates…).

La femme qui suit une alimentation végétarienne ou végétalienne a un plus grand risque de développer une carence en fer en raison de la biodisponibilité plus faible du fer pris.

La relation entre l’ apport en fer pendant la grossesse et le développement neuro-cognitif du nouveau-né est bien connu parce que le fer est impliqué dans la production de nombreuses enzymes du métabolisme cérébral et donc sa carence peut facilement produire des altérations dans le neurodéveloppement.

Le médecin évaluera la nécessité d’une supplémentation de ce minéral, dont la carence est responsable de l’anémie maternelle, la diminution des réserves de fer foeto-néonatales, la réduction de la croissance fœtale et la prématurité.

En plus de la carence en fer, les mamans végétariennes et végétaliennes peuvent éprouver une carence en zinc et en vitamine B12. Par conséquent, il est nécessaire qu’ils soient vérifiés à la fois pendant la grossesse et pendant la période de lactation afin de recevoir éventuellement un supplément avec les nutriments déficients.

Un autre oligo-élément très important est le calcium : le niveau recommandé de calcium chez la femme enceinte est de 1200 mg/jour.

Une attention particulière devrait être accordée à la consommation de folates pendant la période facteur de protection prouvé contre les anomalies du tube neural et en particulier le spina bifida et d’autres malformations congénitales chez le fœtus.

Une alimentation enceinte riche en fruits et légumes est particulièrement importante car elle fournit du folate (vitamines B). Dans tous les cas, une supplémentation en acide folique est recommandée dès au moins un mois avant la grossesse et pendant les trois premiers mois après la conception.

C’ est, en fait, une vitamine soluble dans l’eau, contenue dans les légumes verts à feuilles comme les épinards, les betteraves et le brocoli et dans les légumineuses, qui est perdue en cas de lavage prolongé et pendant la cuisson.

RÈGLES D’HYGIÈNE DANS LA CUISINE POUR UN BON RÉGIME PENDANT LA GROSSESSE

Il est très important de toujours suivre des règles d’hygiène précises dans la manipulation des aliments et de prendre certaines précautions dans la préparation des aliments, en particulier :

  • — se laver soigneusement les mains, avant et après la manipulation des aliments crus ;
  • — consommer des produits périssables préemballés immédiatement après ouverture, au plus tard à la date de péremption ;
  • — lire attentivement les étiquettes sur l’emballage alimentaire ;
  • — réfrigérer immédiatement les aliments déjà cuits, s’ils ne sont pas consommés pour le moment, et les chauffer soigneusement avant de les consommer ;
  • — préfèrent les aliments surgelés plutôt que les aliments en conserve ;
  • — consommer des œufs seulement après une cuisson soigneuse ;
  • — éviter la viande crue, surtout si le test de la toxoplasmose était négatif ;
  • — éviter les saucisses crues, en particulier celles provenant de porc comme le salami, si le test de toxoplasmose était négatif ;
  • — cuire soigneusement les viandes rouges et les saucisses, jusqu’à ce que la couleur rosâtre disparaisse à l’intérieur ;
  • — consommer du poisson et des fruits de mer seulement après une cuisson soigneuse ;
  • — préfèrent les fromages à faible teneur en gras et éviter ceux à maturation courte, moelles/semi-molles avec des moules ;
  • — consommer le légume seulement après un lavage complet (dans l’eau froide et bicarbonate/désinfectant alimentaire, si le test de toxoplasmose était négatif) et rincer. Attention : même ceux dans une enveloppe prête à l’emploi !
  • — consommer des fruits seulement après un lavage complet (dans l’eau froide et le bicarbonate/désinfectant alimentaire, si le test de toxoplasmose était négatif) et rincer, mieux sans peler. Attention : Les baies congelées ne doivent être consommées qu’après la cuisson.

MODE DE VIE PENDANT LA GROSSESSE : Lespour effectuer régulièrement l’activité physique, s’il n’y a pas de contre-indications gynécologiques, pendant toute la période de grossesse, le choix des activités appropriées au moment de la gestation. Pour les femmes obèses, une activité physique d’au moins 30 min/jour est recommandée.

Le repos au lit avant l’accouchement n’apporte aucun avantage et cela n’a aucun sens de le recommander chez les femmes en bonne santé.

Les activités particulièrement recommandées sont les suivantes :

  • — la natation ;
  • — marcher ;
  • — vélo d’appartement ;
  • — courir ou faire du jogging ;
  • — yoga et pilates.

Ils sont plutôt contre-indiqués sont :

  • — l’équitation ;
  • — patinage ;
  • — sous ;
  • — ski nautique ;
  • — surf ;
  • — gymnastique artistique
  • — en général tous les sports à risque de chute.

L’ exercice prolongé ou intense de plus de 45 minutes peut provoquer une hypoglycémie, il est donc bon d’ajuster l’apport calorique avant de faire de l’exercice ou de raccourcir la durée de l’exercice lui-même. En outre, une activité physique prolongée doit être effectuée dans un environnement à température adéquate.

Il est recommandé de boire de l’eau avant et après l’activité. Pendant la grossesse, un apport d’eau de 350 ml par jour est recommandé.

Enfin, il est absolument nécessaire d’éviter les régimes de bricolage qui peuvent exposer maman et fœtus à des carences nutritionnelles, avec le risque de dommages graves et irréversibles.

Dr Ilaria Aquilea

BIOLOGISTE NUTRITIONNISTE

VOUS POURRIEZ AUSSI ÊTRE INTÉRESSÉ